Tag Archives: Biomimétisme

Le Biomimétisme ! Innovation ?

Léonard de Vinci disait à ses élèves : « allez prendre vos leçons dans la nature ».

Pour mettre en pratique ses conseils, il a étudié le vol des oiseaux et longuement observé l’anatomie de leurs ailes. C’est ainsi qu’il invente l’ornithoptère, une machine semblable à des ailes d’oiseau activées par la force humaine.
Chaque époque a recherché dans la nature des solutions à ses problèmes techniques…

Les Inuits auraient bâti leurs igloos en imitant la tanière de l’ours blanc.

Le biomimétisme, késako ?

Le biomimétisme est l’application des formes et mécanismes du vivant à de divers domaines techniques. Le terme est alors synonyme de bionique, plus couramment utilisé. Le terme vient du grec, bios (vie) et mimesis (imiter) et donc on peut parler du génie de la nature. Depuis 3,6 milliards d’années, les organismes et leurs tissus et processus se sont parachevés par tâtonnements. Le domaine émergeant du biomimétisme a donné naissance à de nouvelles techniques inspirées par cette ingénierie biologique à la grande échelle et à l’échelle naine. Quelques exemples …

Des champignons cultivés sur les déchets du café
Le café est un produit de grande consommation générant l’un des plus importants volumes de déchets. Après l’ensemble des traitements et transformations pour qu’il arrive chaud et savoureux dans notre tasse, c’est 99,8% de la biomasse qui est perdue (sans compter la capsule !).

Or la caféine contenue dans ces résidus stimule la croissance du mycélium, à tel point que l’on peut faire pousser des champignons tropicaux- shiitaké, maitaké- sur ces déchets en seulement trois mois au lieu de neuf, et des pleurotes en moins de trois semaines.

Des rasoirs en lames de soie

Certaines araignées et des vers de muriers produisent de la soie qui dépasse les performances du titane. En roulant sur la peau, ces fils peuvent retirer les poils des barbes légères avec l’avantage de ne jamais couper la peau.

Les formes comme source d’inspiration
L’imitation de la forme ou de l’allure d’une espèce vivante permet d’améliorer l’impact des technologies sur l’environnement et de faire des économies d’énergie. Dans le domaine des transports, les oiseaux sont une première source d’inspiration mais il y a aussi les poissons et les mammifères marins.

Par exemple le TGV japonais, le Schinkansen, traverse de nombreux tunnels qui provoquent une résistance et donc une perte d’énergie. Les ingénieurs ont remarqué que le martin-pêcheur passe de l’air dans l’eau sans perdre beaucoup d’énergie. Ils imitent la forme du bec avec un résultat étonnant : consommation électrique en baisse et plus grande rapidité. Le vol silencieux du hibou est dû aux plumes dentelées sur les ailes. Les ingénieurs japonais s’en inspirent pour diminuer le bruit du train.

Apprendre des écosystèmes pour mieux se soigner

Pendant très longtemps nous avons compté sur les végétaux pour élaborer des médicaments. Pourtant à la fin des années 70 les plantes ont cessé d’être les seules candidates pour la recherche en pharmacologie, la chimie de synthèse et la biologie moléculaire les ont quasi remplacées. Aujourd’hui nous assistons à un retour des plantes pour des raisons financières mais aussi idéologiques… L’étude des animaux et les échanges avec les peuples qui ont continué à se soigner avec les plantes locales, sont source d’inspiration.

Apprendre des écosystèmes encore et toujours !

C’est Janine BENYUS, l’ingénieuse biologiste américaine qui a élaboré le concept de biomimétisme. A partir de sa passion : observer le monde du vivant, elle a imaginé mille manières de copier la nature. Elle est convaincue que l’on pourra résoudre un certain nombre de nos problèmes quotidiens en reproduisant les schémas et procédés de fabrication des organismes vivants.

Alors, hasard ?

Alors qu’il est question  de management biologique, est ce un hasard si le thème de l’année 2013 BEEZ&CO est l’écosystème ? Sommes-nous des penseurs vraiment idéalistes de vouloir repartir des fondements biologiques de l’écosystème pour essayer de poser ou de distinguer des nouveaux modèles d’entreprises ? Réponse dans quelques semaines…En attendant les résultats de nos ateliers, je reprendrai le sujet du biomimétisme pour présenter ses vertus économiques.

Sandrine LEMAN