Pourquoi s’investir dans un projet communautaire?

Marie-Anne Giroult, est une des 5 animatrices du projet communautaire  BEEZ&CO, Le Business sous un autre regard. Elle est également un des membres de « La Quadrature du Cercle », le cercle de réflexion de BEEZ&CO qui travaille en 2013 sur le thème de L’écosystème. Dans le cadre du partenariat entre L’Iteem et BEEZ&CO, nous avons eu l’opportunité de faire sa connaissance lors d’un des focus groupe de décideurs. Ce dernier a pour but de recueillir leurs avis sur l’intérêt de réfléchir sur le thème Ecosystème et sur l’approche de Controverse. Marie Anne a accepté de se plier au jeu des questions qui nous permettent de mieux comprendre l’implication et l’engagement des membres de la communauté BEEZ&CO et de recueillir son avis sur cette rencontre.

Membre de BEEZ&CO

Marie-Anne, vous avez rejoint BEEZ&CO il y a quelque temps, quelles ont été vos motivations lors de ce choix ? … J’ai commencé par côtoyer BEEZ&CO avant de les rejoindre et j’ai été réellement emballée par ce groupe, son dynamisme et l’esprit qui y régnait. Ce qui m’a aussi poussée à rejoindre ce groupe c’est de pouvoir être acteur du changement ou des changements. Ce qui m’intéresse est ce que l’on vit, de décider, de ne pas subir notre développement.  Et participer activement à ce projet me permet d’y apporter ma patte.

Marie-Anne, vous faites aussi partie de La Quadrature du Cercle. Pouvez-vous nous en dire un peu plus et nous expliquer quel est l’objectif de ce groupe ?   La Quadrature du Cercle est un groupe de personnes qui s’intéressent à la réflexion et à aux moyens d’agir pour démocratiser les thèmes à grands enjeux pour le business de demain. Nous travaillons particulièrement à l’organisation des Ateliers de Controverses qui auront lieu lors de La Journée du 2 juillet 2013. Nous sommes en train de travailler sur une démarche intellectuelle innovante  et un mode d’animation qui permettront de créer la controverse entre les décideurs participants et inviter chaque décideur à pousser ses questions sur sa stratégie, son organisation, son modèle économique. Ce qui est important pour nous, c’est que les participants décideurs repartent de notre Journée connectés avec d’autres, nourris de connaissances et d’expériences, chahutés par les questions soulevées et les échanges…bref qu’ils repartent avec des notions et des idées pouvant apporter à leurs entreprises.

La thématique de « La Journée BEEZ&CO» de 2 juillet sera l’Ecosystème. Pourquoi avoir choisi ce thème ? … L’année dernière, nous avions travaillé sur le thème de la force de la relation génératrice de valeur. Dans la continuité, le thème des écosystèmes d’entreprise a été proposé spontanément afin d’élargir le débat et de le continuer sur la notion du « CO » comme modèles de fonctionnement créateurs de valeurs ; sachant qu’il peut y en avoir plusieurs. Ou dit autrement il peut y avoir plusieurs formes de business à notre époque. Nous ne pouvons plus avoir une vision unique, un modèle unique. Le champs des potentialités s’offre à nous dans cette période d’R-évolution.

Qu’avez-vous pensé de la rencontre qui vient d’avoir lieu ? Votre réflexion sur le thème écosystème a-t-elle évolué suite aux échanges ? Qu’en avez-vous retiré ? … Non, je n’ai pas changé d’avis, mais il est clair que le sujet suscite de l’intérêt. Nous sommes très rapidement rentrés dans le débat et la conversation entre les participants s’est instaurée. Concernant l’organisation d’un Atelier pour générer la controverse, les participants partagent l’idée qu’il serait pertinent de reposer sur des exemples concrets d’écosystèmes afin d’inspirer et d’inviter au débat entre décideurs de tous horizons. La mixité des profils de décideurs a tout son intérêt également. Nous devons avoir à l’esprit ces réactions brutes , pour « La Journée » du 2 Juillet, que nous souhaitons provoquer par l’organisation de ces panels que vous animez, vous les étudiants de 5ème année de L’Iteem.

Aurélien, Jules, Romain, Sylvain