Pourquoi le partenariat ITEEM et BEEZ&CO ? – 1er regard

Dans le cadre du partenariat entre l’ITEEM et BEEZ&CO, nous, Arthur, Clément, Côme et Gaël, quatre élèves de cinquième année de l’ITEEM, vous proposons l’interview des deux protagonistes principaux de cette collaboration, Pierre Daniel et Caroline Valent. Ils se sont prêtés au jeu en répondant à nos questions. Ce genre de partenariat, associer un projet communautaire sur des questions de réflexion stratégique sur nos organisations et leur création de valeur, est une nouveauté au sein de l’ITEEM. Il s’intègre dans les actions réalisées par La Quadrature du Cercle, que nous rejoignons par la même occasion en tant que futurs managers.
Pour commencer nous partageons avec vous les réponses de Caroline Valent à nos questions.

Qui a fait la démarche du partenariat entre l’ITEEM et BEEZ&CO ?

J’ai d’abord rencontré Pierre Daniel, car j’étais à la recherche de différentes personnes qui avaient des contenus de recherche assez poussés. J’ai connu Pierre par l’intermédiaire d’Isabelle Decoopman, tous les deux travaillant à Skema Business School. Avec Pierre, on a passé quelques moments à discuter sur le projet BEEZ&CO.  En échangeant, l’idée est venue naturellement. Pierre a trouvé intéressant de pouvoir utiliser l’ITEEM pour aider BEEZ&CO, mais surtout d’utiliser BEEZ&CO pour apporter un projet innovant dans le cadre de l’ITEEM. C’est donc plutôt Pierre qui a été à l’initiative, car il connaissait les enjeux pédagogiques qui l’intéressaient, mais c’est au final le fruit de plusieurs conversations à deux qui a donné naissance à ce projet concret.

Selon vous, qu’est-ce que les élèves de l’ITEEM peuvent apporter à BEEZ&CO?

Déjà vous pouvez apporter un œil neuf, car vous êtes une jeune génération, du haut de votre vingtaine d’années. Vous avez tout à découvrir du monde du business. Vous vous en faites une idée, un rêve, voire un fantasme. Vous avez des convictions parfois déjà bien arrêtées de jeunes adultes qui ont des croyances … donc vous avez cette capacité à challenger tous les sujets avec beaucoup de sincérité, et sans a priori. Il sera intéressant de voir comment vous allez vous approprier le projet, car vous êtes douze, donc douze sensibilités différentes. Vous allez nous challenger, créer de la controverse, interpeller, faire découvrir des choses que l’on n’avait pas vues … Parmi ceux auxquels BEEZ&CO souhaite s’adresser, il y a tous les futurs managers, donc le fait que vous participiez nous permettra de nous enrichir (mutuellement) sur « comment peuvent-ils réfléchir sur ces sujets de changement de paradigme ?»

Avec notre participation, des choses ont-elles changé depuis que nous sommes rentrés dans le projet ?

Actuellement nous sommes au début de votre participation. Il va se passer des choses dont on ne soupçonne pas toute la teneur. Vous nous avez déjà fait changer. Le fait de travailler avec douze étudiants, cela nous oblige à faire évoluer notre organisation et intégrer le groupe que vous êtes. On doit réfléchir à un plan d’action que l’on n’avait pas imaginé il y a six mois, au sein de BEEZ&CO. Il y a donc un projet dans le projet. Aussi, Pierre et moi sommes obligés de réfléchir à comment vous amener à ce que nous visualisons comme « résultat », tout en vous faisant rentrer dans le projet global.
La deuxième étape dépend de vous. Vous allez faire réagir un public de décideurs. En rentrant dans le projet, vous allez produire un autre effet. Lors de la restitution du 5 avril, tout ce que vous aurez réalisé nous sera présenté : votre recherche et documentation et les retours d’avis du panel de décideurs que vous aurez fait réagir lors des focus groupe que vous êtes en train d’organiser.  Vous aurez mûri et vous allez nous faire mûrir … Donc dans deux mois on aura encore changé, à mon avis !

Inversement, qu’est-ce que BEEZ&CO peut apporter aux élèves de l’ITEEM ?

BEEZ&CO c’est une organisation « nébuleuse », qui sort du cadre dans lequel vous vivez depuis des années, un cadre structurant, dans lequel on vous inculque une connaissance de modèles économiques et d’entreprises assez établis. Avec BEEZ&CO on vous « oblige » à travailler sur un projet qui n’est pas une entreprise, un centre de profit, une solution technique,… ça vous demande donc un effort comportemental qui fait appel à vos réflexes intellectuels et philosophiques. Je pense que l’intérêt vient de l’opportunité que chacun d’entre vous peut saisir pour pousser la réflexion, sur des sujets qui ne sont pas naturellement les vôtres. Quand, à chaud, on a échangé sur le thème Ecosystème, on s’est bien rendu compte avec Pierre que ce n’était pas forcément un élément de réflexion qui occupe vos pensées. On constate que ça vous oblige à puiser des idées qui sortent de votre quotidien et de vos préoccupations d’étudiants manager-ingénieur-entrepreneur. C’est cette ouverture qui nous intéresse, la manière de vous approprier le sujet avec audace. L’enjeu de BEEZ&CO est que chaque individu donne au thème 2013 un autre regard. Donc il n’y a pas qu’un seul angle de réflexion mais plusieurs. Cela vous oblige à travailler votre capacité de vision stratégique.

Quel est l’intérêt, la finalité de ce partenariat ?


logo bcDans l’esprit BEEZ&CO, ce qui est important est d’enclencher le mouvement. Chaque personne qui rentre dans le projet impulse quelque chose de nouveau. Même si vous n’avez pas choisi par vous-même de rejoindre le mouvement BEEZ&CO, au final vous allez contribuer à générer une réflexion et une action concrète. Ce qui nous intéresse est la façon dont vous allez vous approprier le projet BEEZ&CO et le résultat que vous nous proposerez pour l’action qui vous est demandée. Vous allez générer un processus dynamique, une nouvelle énergie, et donner un autre regard. L’intérêt du partenariat est d’associer deux visions innovantes, celles de l’ITEEM et celle de BEEZ&CO, au travers de votre implication. Avec Pierre, nous avons pensé qu’il était pertinent de concrétiser ce que BEEZ&CO veut défendre, dans un contexte étudiant, au travers d’un diplôme qui cherche à démontrer que les profils de futurs manager sont formés à l’innovation au sens complet du terme.

Ce que nous vous proposons, via l’ITEEM, c’est d’avoir des clés pour être de futurs créateurs d’entreprise, innovants, avec un regard nouveau du monde… Si vous décidiez de prendre cette voix. Nous imaginons que vous deveniez « provocateurs » de choses différentes. En associant BEEZ&CO à l’ITEEM, nous contribuons à votre ouverture dans ce sens-là, aller au delà des « carcans ». C’est un peu la même idée qu’avec vos stages à l’international … sauf que l’on n’a pas besoin de se déplacer pour développer ses idées !

Souhaitez-vous que ce partenariat perdure dans le temps ?

Oui. Chaque année on va choisir un thème. Par exemple l’écosystème, que nous traitons cette année est un thème tellement large qu’on peut tirer la réflexion pendant dix ans. Ce n’est qu’en fait un prétexte pour le décliner. Et à observer la manière dont vous appréhendez le sujet, on constate qu’à douze cerveaux on a douze approches complètement différentes. Cette diversité de pensées « réveillées-révélées » tous les ans est une belle perspective de capacité de renouveau.

Lors du bilan du 5 avril que nous partagerons ensemble, vous nous ferez part de vos recommandations pour l’année prochaine. Vous nous ferez sans doute part de vos idées, de vos conseils. Devons-nous construire le programme de la même manière ? Quelles nouvelles idées pouvons-vous retenir ? Avec Pierre nous souhaitons travailler dans la durée. On voudrait que cela « inspire », que cela donne envie à d’autres universités ou écoles. L’idée n’est pas de dupliquer un modèle unique, mais de provoquer des rencontres avec d’autres étudiants. Avec l’ITEEM, l’idée est de contribuer à mettre en avant cet enseignement innovant qui produit des profils différenciants.

Pensez-vous étendre ce partenariat avec d’autres écoles et/ou d’autres promotions de l’ITEEM ?

Pierre est plus avisé sur ce sujet.
Mon sentiment, cependant, est que la fin de votre parcours au sein de l’ITEEM semble le moment où l’on peut peut-être se permettre d’être sur ce genre de mécanique d’ouverture et de créativité, à la suite de votre stage à l’étranger en quatrième année. Mais il n’est pas idiot de réfléchir à la manière d’intégrer ce type d’opportunité de réflexions dès la première année du cursus.
Cela peut aussi donner des idées. Entreprendre ce n’est pas que créer une boîte, cela peut aussi être créer une association, un projet, car on a des convictions etc … J’ai le sentiment que pour le moment cela concernera les étudiants qui se préparent à la vie active.
Au-delà de l’ITEEM, je trouverais intéressant qu’il y ait d’autres universités/écoles qui utilisent le projet BEEZ&CO en l’adaptant à leurs objectifs pédagogiques. Le champ des possibles est ouvert !

Avec quelles finalités considéreriez-vous ce partenariat comme une réussite ?

Tout d’abord la manière dont vous allez prendre possession du projet. C’est intéressant de vous voir évoluer intellectuellement et sur le plan comportemental. Même si ce n’est qu’à la fin du programme qu’on pourra apprécier le travail réalisé. C’est avant tout l’appropriation que vous aurez individuellement et en groupe qui dessinera la réussite de cette initiative. Par exemple, la vidéo d’une minute trente que vous devez réaliser pour promouvoir ce qu’est BEEZ&CO fera apparaître ce qui vous aura marqué, touché, et intéressé pendant deux mois. Nous regarderons votre vision, votre vécu. 1 mn30 pour vous exprimer, imposer votre « patte» personnelle.

Du point de vue BEEZ&CO, ce sera réussi parce que vous nous aurez fait avancer sur le sujet de réflexion de l’année : l’écosystème.  Vous nous aurez apporté un éclairage. Vous nous aurez aidé à challenger l’approche intellectuelle que nous développons pour les Ateliers Controverses du 2 juillet.

Arthur, Clément, Côme et Gaël