Nous sommes tous des Barbares !

Antoine BrachetAntoine Brachet La Journée BEEZ&CO édition 2014, témoigne sur la création de son mouvement #barbares lors de La Journée BEEZ&CO Edition 2014.

A la genèse de ce mouvement , il partage sa conviction et ceux qui sont en train de le rejoindre la notion de permission d’être soi.

Antoine, merci de ta présence et ton énergie …à bientôt …Caroline

Notre constat : le 21ème siècle va sans doute décider en partie de l’avenir des hommes, dans une proportion assez inédite. La sphère politique n’est plus à même de porter le débat sur la place publique et de proposer des réponses.

Notre mouvement : Anticiper, agir ensemble, aider chacun d’entre nous, décider en pleine conscience.

Nous sommes des millions, nous sommes les barbares, voici notre manifeste.

On envisage différents scénarii, dont certains sont un peu pessimistes voir complètement noirs. Partant de là, notre hypothèse fondamentale, sachant que beaucoup d’entre nous sont des observateurs attentifs de la vie publique, c’est qu’il n’y a plus grand chose à attendre du champs politique. Ne restent alors que les individus. Une autre hypothèse, c’est que la plupart des gens sont beaucoup plus intelligents que ne le reflète la manière dont on s’adresse à eux. Alors on se demande simplement ce qu’on peut faire. Je suis d’accord avec certains, les points d’actions dans le manifeste sont un peu en apesanteur. Mais beaucoup d’entre nous, Thanh Nghiem par exemple, ont déjà entamés pas mal d’actions très concrètes pour avancer, ce qui fera l’objet des portraits barbares. Tout ceci bien sûr dans la mesure de nos moyens et aucun individuellement n’a la prétention de sauver le monde. En revanche, on se demande si, collectivement, on arrive à diffuser cet état d’esprit (il y a de nombreux moyens), on ne peut pas envisager de peut être faire basculer un petit peu plus, à notre échelle encore une fois, dans une autre direction. Le risque, c’est l’institutionnalisation du mouvement. C’est humain. Un des leviers principaux qui nous anime en tant qu’homme est le désir de reconnaissance, ce qui mène à la mise en place d’organisations inefficientes et parfois destructrices. Je ne crois pas que nous soyons de doux rêveurs. En tout cas on essaye d’avancer, et toutes les bonnes volontés sont bonnes à prendre. D’où l’écriture du manifeste, fruit de quelques réflexions lors de ce week-end. Parce que cela peut permettre de faire alliance autour de mêmes idées. Peut être que le texte mérite d’être repris, précisé, mais il est toujours délicate de trouver un équilibre. Surtout dans une logique floue, afin encore une fois d’éviter le risque d’institutionnalisation… Et sans doute que l’on peut écrire plus simplement, mais bon ! En tout cas c’est un premier pas, qui avait justement vocation à permettre à tout le monde de se lâcher. Au moins cela permet d’avoir un système distribué. Ensuite on peut se rencontrer à 2, à 3, à plus. Avec Thanh par exemple, nous allons travailler sur des sujets sur lesquels nous sommes complémentaires. Bref, j’ai écrit cela sans vraiment réfléchir mais en laissant parler mes tripes. N’hésitez pas à réagir pour ceux qui le souhaite!

Vous adhérez ? Nous oui. Rejoignez le mouvement, contribuez et partagez.

Le témoignage d’Antoine à La Journée BEEZ&CO du 30 juin 2014

 

BEEZ&CO

Crédit photographie : Pierre Visez, pour La Journée BEEZ&CO 2014 (30/06)