Le Bien-Etre, source de Performance chez ORANGE

Vincent SimonDiscussion avec Vincent Simon , DRH Nord d’Orange.

L’histoire récente d’Orange, depuis le changement de Statut de France Telecom, et son changement de raison sociale en ORANGE, a été fortement marquée par la crise sociale interne qui a été la conséquence de ces changements. Il est vrai que la société était alors tournée sur la recherche de performance économique, sans prise en compte de la dimension humaine, sans tenir compte de l’accompagnement au changement de tous ces salariés, qui eux n’avaient pour la plupart rien demandé.

Les évènements terribles au point de vue humain, qui en découlèrent, ont provoqué une réelle prise de conscience, que le Bien-être des salariés ne pouvait plus passer au second plan.

La création au sein du Département RH, du Département Qualité de Vie au travail a permis sur le terrain de faire changer les comportements managériaux, de faire prendre conscience à tous les niveaux que  « les performances Economique et sociale ne sont pas dissociables », dixit V.SIMON.

Ceci s’est traduit, par la rédaction conjointe avec les organes de représentation du personnel, d’un nouveau Contrat Social au niveau Groupe, qui engage les acteurs à tout discuter, à tout mettre sur la table, et à trouver des accords adaptés à l’ensemble des contraintes de l’entreprise, dans le respect des salariés. Cela s’est également traduit par la décision de ré-internaliser la fonction Santé au travail de remettre sur le terrain des RH de proximité, avec l’engagement de mieux suivre les salariés, ainsi que d’un suivi particulier sur la couche de management intermédiaire, afin de vaincre les peurs liées au changement.

Ainsi toute l’organisation d’ORANGE a été revue afin de créer une organisation centrée autour de l’HOMME et pas l’inverse.

Il a alors fallu tenter de mesurer le niveau de Bien-être ressenti par les salariés au travail, si tant est que ce soit possible. La mise en place d’un Baromètre social interne, permet de remonter tous les 6 mois, le niveau moyen du Bien être dans l’entreprise. Toutes ces actions ont ainsi permis de faire passer ce niveau de 4 en 2010 à 7 en 2015, sur une échelle de 1 à 10.

La conclusion de V SIMON ?  « Le Bien-être ne se décrète pas , il s’obtient sur le terrain par la mise en application de règles simples de bienveillance ».

Revivez l’intervention de Vincent SIMON qui répond à Arnaud HELARD à La Journée BEEZ&CO2015

Eric JANET

BEEZ&CO