Faire le pari d’un média « neuf »…

C’était annoncé depuis quelque temps et, comme promis, à 18 heures, hier, le 14 mai 2013, naissait sur la toile un nouveau média : L’Opinion.

Un pari fou, comme l’annonce son directeur de rédaction Nicolas Beytout, celui de donner vie à un nouveau média, numérique certes, mais qui existera aussi sur papier, et ce de façon quotidienne ! Vous pouvez, en effet, dès aujourd’hui, vous procurer L’Opinion en kiosque, tout en ayant la possibilité de le suivre sur le web et via les applications dédiées.

Mais qu’est-ce qui motive l’équipe de l’Opinion à oser sortir un quotidien de plus, même si celui-ci est aussi  « en ligne », à l’heure où depuis des mois, voire des années, la presse traditionnelle se bat pour rester en vie, en intégrant justement les « nouvelles technologies » et l’usage de la vidéo au format papier traditionnel ?

editoLa crise de la presse, la crise tout court, est bien présente, et Nicolas Beytout ne la nie pas, au contraire. Dans son édito, il liste avec précision pourquoi tout s’est écroulé dans le secteur «  de la presse » : la baisse des recettes publicitaires, l’arrivée du digital, du « tout gratuit », de la « démocratisation de l’écrit », qui permet à tout un chacun de devenir « diffuseur d’informations et d’opinions ».

« Est-ce une raison pour se résoudre au déclin ? » nous demande t-il… Non, car, pour Nicolas Beytout, pour l’instant, tous ces changements de comportement, ces crises, n’ont pas encore débouché sur la création nouveau modèle qui soit durable.

abonnement-offres-introL’ambition de L’Opinion ? Devenir un îlot de prospérité dans l’océan d’informations. Comment ? En étant un média d’opinion, engagé et ouvert, qui sera libéral, pro-business, européen. Voilà des mots forts de sens, que Nicolas Beytout prend la peine de nous expliquer, afin qu’il n’y ait pas méprise sur leurs intentions : « C’est un positionnement qui ne va pas de soi : lorsqu’on dit «libéral», le Français qui entend mal comprend souvent «ultra-libéral». Non : on peut être libéral sans être ultra, faire confiance au marché et à l’individu sans rejeter en bloc l’Etat et la puissance publique, défendre la liberté de créer sans pour autant nier la nécessité de la régulation. Avoir une ligne «pro-business», c’est défendre l’idée que l’entreprise est le meilleur lieu pour produire la richesse et la faire partager, et qu’il revient à l’Etat de bâtir autour de l’entreprise un contexte favorable à son développement et à la création d’emplois. Etre «européen», c’est croire que l’avenir d’un pays comme le nôtre passe par un changement d’échelle, et que l’Europe nous offre la meilleure chance d’y parvenir. »

Un média qui défend « la liberté de créer », le fait que « l’entreprise » soit considérée comme nécessaire à la construction d’un avenir pérenne et européen… ne pouvaient que nous interpeller au moins sur la démarche « audacieuse » de revendiquer de faire les choses « autrement »… Même si la première réaction est de se demander, comme l’ont fait bon nombre des personnes que les créateurs du journal ont rencontrées pour construire ce projet, ce qu’il y a vraiment de différent ?

Le fait de revendiquer ses opinions, ses convictions, suffira-t-il au journal pour sortir du lot, alors d’autres le font déjà ? Le fait de proposer « une information sélectionnée, hiérarchisée, éditée, mise en forme et en perspective » veut-il dire que les autres médias, parfois centenaires, ne savent pas le faire ? « Allier l’audience et les coûts serrés d’Internet à la puissance du papier » sera-t-il suffisant ?

« Créer mon entreprise, mettre à profit mes expériences de journaliste et de manager, inventer sans cadre imposé un nouveau modèle… » tel est le défi que s’est lancé Nicolas Beytout, et c’est la raison pour laquelle j’ai trouvé la démarche « interpellante ».

Je découvrirai dans les jours prochains si les opinions de l’Opinion sont aussi les miennes, ou si ce n’est pas le cas, si elles apportent une dimension différente, susceptible de m’interpeller… Quoi qu’il en soit, je souhaite à toute cette équipe audacieuse une belle aventure pleine de succès et de qualité, comme elle s’y engage.

Et c’est en compagnie de Nicolas Beytout que je vous laisse… L’Opinion: le projet présenté par Nicolas Beytout par Lopinionfr

 Anne Lucie DOMANGE VISCARDI