Déconstruire et reconstruire le business modèle d’une start-up

2015-06-30 14.54.14

Edouard Duboille, fondateur d’une start up en création IZYRIDE, s’est prêté au jeu. Il nous a exposé son projet innovant d’économie collaborative, qui fait appel aux fondamentaux de ce modèle dans la mobilité. Il pourrait bien être une nouvelle proposition créant la rupture dans le besoin de transport des individus. C’est un pari qu’il fait de réussir un modèle coopératif dont le succès repose sur l’implication d’une communauté, en partie locale.

En partageant son projet auprès des participants de BEEZ&CO, en toute transparence, il attend de cet exercice à être rechallengé voire surpris. Ce fus le cas.

Son idée part du constat suivant : 95% des voitures dorment sur un parking. Cette somme de nos voitures individuelles constitue un parc potentiellement exploitable. De plus, beaucoup de parcours sont en commun et peuvent aisément se partager. L’intérêt est écologique, certes, mais aussi économique. IZYRIDE propose par la mise en commun un gain de 400 euro /mois !

Le concept propose donc d’additionner des services existants tels que covoiturage, location voiture, vtc…pour développer l’agilité du véhicule personnel. Cette agrégation de l’existant passe par l’animation de la communauté, grâce à un « mobility manager » et en créant un espace réel et physique de partage.

Communauté, confiance, mise en commun des trajets de courte distance… Le projet est bien sûr intéressant et dans l’air du temps. Reste qu’il repose sur un supposé changement de comportement de la part des utilisateurs. Comment, dès lors, accélérer ce changement et vendre la démarche ? Ce fut la question proposée à l’assistance.

Quatre groupes furent créés, représentant les clients, les salariés, les actionnaires et enfin les fournisseurs. Une mission simple pour chacun de ces groupes : travailler dans le temps imparti sur deux questions à poser à Edouard Duboille : une question « angel » et une question « hacker », visant à mettre le doigt sur un problème jugé délicat.

Les questions* posées furent pertinentes, exigeantes, toujours constructives. Elles ont parfois titillé le fondateur sur quelques points. Tour à tour amusé, surpris, toujours à l’écoute, Edouard Duboille est à coup sûr reparti avec un regard neuf sur son propre projet.

Quoi de plus naturel d’ailleurs ? Après tout, la mobilité, c’est une affaire de collectif.

Image aujourd’hui 16 10 26

*Les questions posées en séance

Question des salariés
Quels outils mettre en place pour développer le nomadisme des salariés?
Comment je trouve le lien social au delà de la gestion du back office ?
Question fournisseurs
La gestion de l’imprévu et de la liberté? Comment je gère le non respect de l’heure ou je récupère mon véhicule?
Comment je gère litige avec quelqu’un que je connais?
Comment est valoriser le bien-être génère?
Question clients
Comment le client peut s’approprier ces nouveaux fonctionnements
Quelle logistique simple et quel bouquet de services ?
Comment vous m’assurez que ce Ca va me simplifier la vie?
Question actionnaires
Comment le choix de l’actionnaire peut-il garantir le soutien du service public?
Quelle est la durabilité de ce métier ?

 

BEEZ&CO