Enseigner autrement le développement durable #épisode 2

Le 29 novembre 170 groupes d’étudiants Skema business School ont livré le fruit de leur réflexion sur une problématique Développement durable. Chaque groupe a choisi un angle de réflexion autour des modèles de Développement Durable. Chaque équipe a travaillé en se documentant et en allant à la rencontre de professionnels et experts pour recueillir leurs témoignages. Le fruit de ce travail est un documentaire de 2mn30 et un enrichissement d’une base de connaissance et d’analyse et d’échanges sur wiki. Dans l’épisode #1,  Christophe Sempels  a présenté son projet d’enseignement qu’il a lancé cette fin d’année en pariant sur une éducation apprenante. Il parle notamment de transformation. Pour continuer à partager avec lui sa vision du Développement durable dans nos entreprises, je vous invite à poursuivre l’échange.

Cette démarche éducative peut – elle inspirer voire aider les entreprises et organisations dans la réflexion de leur Business Modèle ? Je ne sais pas si nous pouvons avoir une ambition aussi grande, mais les interactions des dirigeants avec nos étudiants sont l’occasion de bénéficier d’un miroir et de questions parfois un peu naïves… mais ce sont souvent celles-là qui vont progresser une réflexion.question-reponse

Par ailleurs, le matériel collecté (reportage, page wiki) sera évidemment trié, mais les meilleurs reportages seront rendus largement disponibles et pourraient susciter des premières ressources intellectuelles pour amorcer une  réflexion de fond.

Néanmoins, cela n’est pas l’objectif premier et il existe des moyens bien plus efficaces pour les entreprises d’évaluer la robustesse, ou devrais-je dire la fragilité à concilier une performance économique avec une performance environnementale et sociale. Etudier les limites et les impasses d’un modèle économique pour un dirigeant, voilà ce qui pour moi est de nature à le/la mettre en mouvement.

A plus long terme néanmoins, j’ai l’espoir que certains étudiants entrant sur le marché de l’emploi deviennent des « agents de changement » d’un système économique malade qu’ils ont appris à diagnostiquer, à comprendre et à faire évoluer.


movilabAu delà de ton métier d’enseignant, as tu d’autres engagements dans l’accompagnement du développement durable dans les entreprises ? 
J’ai effectivement la chance d’être impliqué sur de nombreux projets qui complètent et s’interfacent à merveille avec mon métier de professeur. Je suis d’abord le co-fondateur de Movilab et à ce titre, j’ai la chance d’interagir et de porter un nombre important de projets d’innovation sociétale originaux. Je collabore aussi bien avec des entreprises qu’avec des collectivités ou des membres de la société civile, pour faire naître de nouvelles formes de coopération au service du développement intelligent de projets à forte valeur sociale, environnementale mais aussi économique.

J’ai également la chance d’accompagner beaucoup de dirigeants dans des trajectoires d’évolution vers de nouveaux modèles économiques durables. Je participe ainsi à titre d’expert, au côté de mon collègue et ami Christian du Tertre, à une opération collective portée par le Réseau Alliances et le Centre des Jeunes Dirigeants sur les trajectoires d’évolution d’entreprise vers des modèles relevant de l’économie de la fonctionnalité. Ce dispositif, financé par la Région Nord-Pas de Calais, permet à 22 dirigeants de bénéficier d’un accompagnement de 14 mois pour faire évoluer leur modèle économique dans une logique relevant de l’économie de la fonctionnalité.

economie-circulaireJe lance, toujours avec Christian, une initiative comparable dans les Alpes Maritimes, avec le Club des Entrepreneurs du Pays de Grasse. Nous allons cette fois accompagner 12 dirigeants dans les mêmes objectifs. J’ai finalement la chance de travailler en collaboration étroite avec partenaires stimulants : la Fondation Ellen MacArthurl’Institut de l’économie circulaire, le réseau Alliances, le CJD, le Club des Entrepreneurs , les nombreux partenaires de Movilab (O2Zone, Openscop, Arsenic, Fondaterra, la ville de Mouans-Sartoux, …). Tout cela nous permet de tester quantité de nouveaux modèles économiques dans des conditions réelles et de faire ainsi progresser des connaissances utiles à l’action, ensuite partagées avec mes étudiants.

Quelle est ta définition du développement durable ? selon toi quel est son enjeu pour tous et chacun ? Il y a certes la définition officielle de Brundtland, mais de manière plus pragmatique, le développement durable renvoie pour moi aux conditions deconciliation d’une performance et un progrès économique avec une performance et un progrès environnemental et social. Comme je le disais précédemment, cela passe par deux portes d’entrée : faire moins pour la même chose (comme p.ex. l’éco-conception) ou faire radicalement différemment (comme p.ex. l’économie de la fonctionnalité). Je suis personnellement un farouche partisan de la seconde approche tant les besoins et l’urgence du changement sont criants.

christophe-sempels

Qu’est-ce que chacun d’entre nous peut faire sur un plan individuel ? Je ne veux pas apparaître comme un donneur de leçon, aussi je serai très général. J’ai simplement envie d’inviter les personnes qui nous lisent à s’interroger sur le monde dans lequel ils/elles aspirent vivre, aux types de relations humaines que nous cherchons à promouvoir, aux types de progrès que nous cherchons à encourager. A chacun(e) ensuite de trouver en fonction de ses ressources propres le chemin qui lui parait le plus adéquat par rapport aux réponses qu’il/elle aura apportées à ces questions.

A Suivre…

Caroline VALENT

Avec le témoignage de Christophe Sempels