Category Archives: La Quadrature Du Cercle

Co-élaboration: testons la puissance de l’intelligence collective

2015-06-30 14.54.49

La Quadrature Du Cercle va plus loin pour 2016 et devient un véritable laboratoire d’expérimentation d’un processus novateur de co-élaboration : l’intelligence collective. Quelques membres ont rencontré le 19 Juin Jean Charles CAILLEZ, président recteur de la Fac Catholique de Lille, afin de dessiner les premiers contours de ce projet.

Avant de parler de processus collaboratif et d’intelligence collective, il faut revenir à la définition de l’innovation :

  • celle-ci peut être issue d’une phase créative (ou d’idéation) qui mène à une phase de protocept en itération (retour en arrière possible pour faire des modifications sur l’idée principale),
  • ou bien d’un processus de R&D concret menant au prototypage.

Dans le cadre de La Quadrature Du Cercle, nous nous situons dans la première situation. Comment avons-nous procédé jusqu’ici et qu’elle sera la révolution 2016 ?

Plus de 110 personnes différentes ont participé au grand brainstorming participatif organisé lors des différents rendez-vous de LQDC cette année ; Les regards croisés étaient variés et sont venus s’additionner les uns aux autres. Le travail pluridisciplinaire fournit est riche, mais ce n’est qu’un début. Et si nous allions plus loin ? Si nous dépassions les 85% de choses dites « attendues » obtenues par nos réflexions, pour tendre vers les 15% de pépites, d’inattendues ?

L’intelligence collective est une opportunité : les différentes expérimentations faites par Jean Charles CAILLEZ ont permis de montrer qu’elle représente une véritable connexion des cerveaux jusqu’à ne faire qu’un. Le travail produit devient celui de tout le monde. Cette fusion transdisciplinaire permet de créer une communication et une interaction plus riche entre les participants à l’exercice. Le fruit du labeur est co-élaboré et source d’implication pour tous. Il n’y a en effet pas de team leader, celui qui a eu l’idée géniale retenue. Chacun dans le tout est indispensable.

Ce processus sera-t-il la solution parfaite ? En existe-t-il vraiment une ? Suivre les principes de l’intelligence collective et du collaboratif bouleverse le modèle habituel et peut déstabiliser les personnes appréciant ce dernier. Dans le cadre de BEEZ&CO, l’intérêt supérieur d’atteindre les 15% de pépites recherchées par la communauté légitime la mise en place d’un tel fonctionnement, afin de porter plus loin encore nos réflexions.

Le rendez-vous est donc pris pour rédiger le protocole d’intelligence collectif de BEEZ&CO. Rendez-vous le 7 Septembre pour le découvrir !

 

charlene

Charlene BRENIER

BEEZ&CO

Les Mercis encouragent la Performance !

La performance, n’est ce pas un retour spontané de ceux qui ont partagé ce que vous avez réalisé?
Voici notre baromètre Performance dont nous sommes fiers !
Photo Caroline LJ2015
Capture d’écran 2015-07-02 à 11.48.03
 Un grand bravo pour l’organisation et la qualité des échanges qui ont été riches

Les différents intervenants et les animations auront permis de préciser ce qu’il y a derrière une performance et comment l’accompagner au sein de nos différents espaces (entreprise, association, …)

Cette journée d’un point de vue personnel aura été l’opportunité de mettre en perspective le concept de mon cabinet et les outils que je mets en oeuvre pour accompagner les entreprises à [Ré]concilier Bien-Etre, Efficacité et Performance

Encore bravo pour cette belle journée

Bien cordialement,

Angelo

Merci Eric Janet
Mail Merci Amira Morange
Merci JF Cauche
merci (valérie PERERA-BELLE)

Performance qui es-tu?

BEEZ&CO LaQuadrature du CercleLe 30 juin 2015 lors de la 4ème Journée BEEZ&CO, un grand nombre de personnes nous rejoindrons pour partager le fruit de notre réflexion collective autour de la notion de Performance. Dans cette perspective, nous avons commencé à « lâcher  » le mot entre nous et partagé différentes directions de pensées depuis septembre.

Notre 3ème rencontre a lieu le 17 Novembre à 18h à La Fusée de Skema Business School (merci Déborah et Carine). Ce sera le moment de cibler le/les axes de travail qui nous intéressent dans ce panaché de sujets échangés lors des RDV précédents et sur Le Dojo, notre espace collaboratif. Nous sommes plus de 45 personnes a avoir partagé depuis la rentrée.

En résumé de nos échanges , quelques thèmes émergent

– Performance qui es-tu? objective, émotionnelle, individuelle , collective, mesurable , « perforable »?
– Esprit d’innovation es-tu là?
– La Performance temporelle
– Performance selon les cultures
– Performance & nouveaux modèles économiques web 2.0
– Entre Performance administrative et performance économique, inspirée d’une question soulevée lors du World Forum
– la Performance des Femmes !
– La Performance de BEEZ&CO?!?World Forum

La diversité des participants continue à nourrir la richesse en points de vue et connaissances sur cette notion apparemment « insoluble » ! Tous les nouveaux participants sont autant de regards pour approfondir notre réflexion. Toi qui veux produire un travail de réflexion en croisant ton regard avec d’autres  et défier la notion Performance, rejoins-nous.

BEEZ&CO

Quelle performance mettre en perspective aujourd’hui?

espace collaboratif du mouvement BEEZ&CO

espace collaboratif du mouvement BEEZ&CO

Le thème 2015 est lancé autour de la notion de « performance ».Depuis le 8 septembre, nous échangeons et partageons autour de ce thème. Nous étions une vingtaine à pousser la réflexion pour ouvrir le débat. Depuis les étudiants de 5ème année de l’Iteem se sont également appropriés la notion de Performance selon leurs regards. Et notre espace collaboratif  « Le Dojo » s’enrichit tous les jours de contenus qui nourrissent le sujet. Pour ceux qui ont déjà reçu leur invitation, connectez vous si ce n’est pas encore fait. Pour continuer, nous donnons RDV le 6 octobre 18H-20H à l’espace La Fusée de SKema Business School

Pour avancer , nous accueillerons Thomas Gadenne d’Opentojob qui nous expliquera ce qu’il défend dans ce concept innovant RH. Quelle forme de performance? quelle création de valeur? Donner la parole aux salariés c’est porter un autre regard sur la performance de l’entreprise. Et , Camille, Flora, Charlotte, Thibault, et Taoufik, nous rejoignent pour participer à La Quadrature du Cercle.

o2J crée par Thomas Gadenne

o2J crée par Thomas Gadenne

Aperçu des échanges… de nombreuses questions ont été soulevées, des pistes de réflexion nous invitent à aller plus loin. Comme le talent , la notion de performance est relative et invite chacun à la re-challenger.
Quelle est la définition de la performance? Est-ce lié forcément à un indicateur?  parle-t-on de performance individuelle ou collective? ou sont-elles liées?
Performance PER-FORMANCE …PER =AVANCER …est ce l’objectif qu’on cible ou au delà (ex tir à l’arc japonais)… J’ai PERFORMÉ…J’ai PERFORE…J’ai EXCELLE = aller au delà de l’efficacité. Performance entre efficacité  (objectif) et efficience (moyens)?
A quoi sert la performance? Qu’est-ce que la performance? un dépassement? une dynamique? …UNE INVITATION A ÊTRE AVENTURIER…La performance aurait un caractère exceptionnel. Est-ce que la performance est le choix de l’inconfort ? paradoxe français où performance pourrait être associée à la recherche d’un cadre de travail, d’action!
La performance serait la création de valeur ? l’innovation?
La performance , pas une mais plusieurs. Quelles sont les différences elles, entre les pays?
A quel moment on arrête de mesurer la performance pour la trouver???
Est-ce que les performances s’annulent entre elles ? ( ex économique et écologique)
A quoi sert l’entreprise qui n’a pas de performance?!?!
La performance n’est-elle que le résultat? Elle est au bénéfice de qui?
il y a l’Objectif et en Chemin , qu’est-ce qui est le plus important?
Pourquoi s’attache t-on tant à la question de la performance? Est-ce une logique de contrôle dans laquelle nous sommes enfermés? Comment lâche-t-on prise? La Non Performance existe-t-elle?
Au fait, quelle est la vision de l’Homme et la Société derrière la performance? Quelle performance mettre en perspective aujourd’hui?
quelques expressions:
 » on doit être handicapé pour être performant »
« le plaisir de réussir dans la performance »
Quelques liens 
Le thème 2015  doit pouvoir faire avancer toutes ces questions en croisant des regards aussi divers que possible: chercheurs en économie, philosophie, scientifiques, associations, organisations collectives, chefs d’entreprise, dirigeants,étudiants,… voire des citoyens…vous êtes intéressés? Rejoignez nous pour chahuter ce mot, cette notion, cet sorte d’absolu. Que vous soyez à Lille ou ailleurs nous pouvons échanger, partager et nous nourri des uns et des autres sur ce thème. Nos outils numériques rendent accessibles et actifs en temps réel.

Vous avez dit Performance?

Atelier de controverses sur le talent

Atelier de controverses sur le talent

Malgré un été maussade, alterné entre pluie et soleil, nous espérons chers lecteurs que vous avez bénéficié d’un espace-temps agréable et relaxant. C’est la rentrée…L’édition BEEZ&CO 2015 démarre…cette année sera encore différente.

Le mouvement avance selon vos idées, attentes et envies de réflexion, et d’actions, pour faire bouger les lignes …les siennes propres et celle de notre environnement…en quête d’une harmonie de développement de nos entreprises ou organisations…harmonie entre l’Individu que nous sommes et les mondes économiques,sociaux, culturels et scientifiques dans lesquels nous évoluons.
Nous donnons RDV le 8 septembre 18H-20H à l’espace La Fusée de Skema Business School (merci Déborah pour ton accueil). A cette occasion, nous lancerons le thème et les projets d’ateliers 2015. Chacun exprimera la manière dont nous pourrions pousser la réflexion: angle de réflexion ,technique d’animation ou encore association à une action. Certains ont déjà exprimé leurs envies cet été, d’autres pourront le faire ce lundi. Enfin, nous verrons ensemble l’organisation de nos prochaines rencontres et l’usage d’un outil collaboratif (grâce à Xavier de Bewe) que nous appelons Le DOJO, notre nouvel espace de partage à distance, dont cher lecteur tu peux aussi accéder si tu souhaites être actif dans notre mouvement et pousser la réflexion avec nous. Fais le nous savoir en nous contactant: contact@beezandco.com
Le thème 2015 est autour de la notion de  » performance »
En perspective de cette première rencontre de la rentrée, nous vous proposons l’introduction suivante …une simple inspiration pour lancer les idées, le débat…la controverse.
Cher lecteur n’hésite pas à nous faire par de tes commentaires voire référence de réflexion en commentaire de cet article
 
Nous sommes dans une phase de transition entre recherche de performance selon la logique de l’économie productive dont nous sommes héritiers (individu, organisation, environnement) et la recherche de contribution avec l’émergence de l’économie collaborative (pair à pair) dont nous sommes tous les « jeunes créateurs » grâce à internet (potentiellement ou déjà actif). Fourmis ou abeilles, la création de valeurs ne se situe plus au même endroit. Pour la première, elle est immédiate et directe, pour l’autre elle est diffuse et indirecte.
L’économie issue de la contribution soulève de nombreuses questions. Elle remet en cause les modèles actuels. Elle a autant de modèles émergents que de champs d’actions. Elle est macro et micro. Elle repose sur l’évolution des organisations: du vertical au transversal. Et quel avenir reposera sur quelles économies demain?

Réfléchir à la notion de Performancec’est aborder la question de  la création de valeurs  en sens large , sous d’autres formes telle que la Contribution (merci Chekib G de ton effet miroir) , et soulever la question de la  Prospérité (telle que Isam S me l’a exprimée en juillet, celle de l’Homme dans la société). 
Ce thème peut être le lien interactif entre « force de la relation génératrice de valeurs », « organisations en E-CO-SYSTEME, créatrices de valeur? » et « Talent, facteur X! ».
Le thème 2015  doit pouvoir faire avancer toutes ces questions en croisant des regards aussi divers que possible: chercheurs en économie, philosophie, scientifiques, associations, organisations collectives, chefs d’entreprise, dirigeants,étudiants,… voire des citoyens
 
Alors, cher lecteur rejoint-nous dans la conversation, même à distance tu peux participer comme nous à réussir notre transformation, la sienne propre et celle de ton environnement afin de continuer à nous développer en harmonie
Quelques sources pour nourrir sa réflexion:

Lectures, invitations à porter un autre regard

Le mouvement BEEZ&CO vous propose de partager les lectures inspirantes qui ont nourri depuis deux ans nos réflexions et actions. Ces références de livres sont choisies par les membres de la communauté BEEZ&CO. Elles ont été citées et utilisées pour enrichir notamment les échanges dans le cadre du cercle de réflexion La Quadrature du Cercle.

Innovations technologiques 

Digital Citizen de David LacombledDavid LACOMBLED, Digital citizen, Éditions Plon

 

 

 

Pierre BELLANGER, La souveraineté numérique, Édition Stock

Michel SERRES, Petite Poucette, Éditions Le Pommier

Gilles BABINET, L’ère numérique, un nouvel âge de l’humanité, Editions Le Passeur 

Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique, Éditions Stock

Paul GRAHAM, Hackers and painters : De l’impact du numérique sur nos manières de penser, de travailler, de vivre. Un discours atypique sur la manière d’aborder ce sujet, avec un parallèle fait entre les développeurs et les peintres de la Renaissance.

Erik BRYNJOLFSSON et Andrew MCAFEE, Race against the machine : Ou comment la révolution numérique accélère l’innovation et la productivité, et change de manière irréversible notre manière d’appréhender l’emploi et l’économie.

Navi RADJOU, Jaideep PRABHU, Simone AHUJA, L’innovation Jugaad : L’idée : les structures et processus industriels de l’après-guerre (budgets R&D, hiérarchies, etc.) ne sont plus complètement adaptés au monde complexe qui est le nôtre. Il faut redevenir ingénieux, être débrouillard, et faire plus avec moins.

Agir autrement :

Vincent LORPHELIN, Le rebond économique de la France, 85 innovateurs, acteurs de la croissance et de l’emploi témoignent, Éditions Pearson

Jason FRIED et Jason HEINEMEIER-HANSSON, Rework

Sylvain DARNIL et Mathieu LE ROUX, 80 hommes pour changer le monde

Muhammad YUNUS, Vers un nouveau capitalisme

Philippe GABILLIET, Éloge de l’optimisme, quand les enthousiastes font bouger le monde, Éditions Saint Simon

Anne-Sophie NOVERL et Stéphane RIOT, Vive la co-révolution ! Pour une société collaborative, Éditions Manifestô

Jean-Paul DELEVOYE, Reprenons-nous !, Éditions Tallandier

Ash MAURYA, La méthode Running Lean, Editions Diateino : Une manière différente d’organiser le lancement d’une nouveauté (produit, service, concept, etc.)

Femmes & Développement :

Sandra LE GRAND, Entreprendre : un peu, beaucoup, passionnément, Éditions Télémaque

Aude DE THUIN, Femmes si vous osiez, le monde s’en porterait mieux, Éditions Robert LAFFONT

Valérie ROCOPLAN, Oser être la chef, Editions LEDUC.S

Sophie et Laurent Mayeux, Elles ont osé être remarquables

Repenser nos économies :

Joseph E. STIGLITZ, Le prix de l’inégalité, Éditions Les Liens qui Libèrent

Karin BORAS, Développement durable : l’avenir des PME, Éditions Afnor

Lester BROWN, Basculement, Éditions Rue de l’échiquier

Michel MEUNIER, Rebond, Éditions Rue de l’échiquier

Lester R. BROWN, Le Plan B : Pour un pacte écologique mondial, Éditions Souffle Court

Jean-Claude LEVY, L’économie circulaire : l’urgence écologique ? Monde en transe, Chine en transit

Jacques ATTALI, Pour une économie positive, Éditions Fayard / La Documentation française

André COMTE-SPONVILLE, Le capitalisme est-il moral ?, Éditions Albin Michel

Jeremy RIFKIN, La troisième révolution industrielle, Éditions Les Liens qui Libèrent

Talent, facteur X :

Stéphanie CRESCENT, Tous intelligents, Editions Odile Jacob

Le blog de Seth Godin (http://sethgodin.typepad.com/) : Un billet quotidien qui fait quasiment toujours mouche. Un vrai talent !

Futurbulences, un groupe de réflexion qui collecte et analyse des signaux faibles pour anticiper le monde de demain : https://www.facebook.com/groups/Futurbulences/

Page Facebook du mouvement des Barbares : https://www.facebook.com/groups/les100barbares/

Peter SENGE, La cinquième discipline, Éditions First

Salman KHAN, L’éducation réinventée, Editions JC Lattès

Peter Gumbel, On achève bien les écoliers, Éditions Grasset

Un démonstrateur pour la ville intelligente (Isam SHAHROUR à TedxLille) : https://www.youtube.com/watch?v=3nlrYAdDcw0

Le facteur X

Leibenstein H (1979) “X-efficiency : from concept to theory” Challenge, sept-oct, p13-22.

Leibenstein H (1982), “The prisoners’ dilemma in the invisible hand : an analysis of intra firm productivity”, American economic review, Vol 72 n°2, p 92-97.

Leibenstein H (1966) “allocative efficiency vs X-efficiency” American economic review, 56, p 392-415.

Leibenstein H (1975) “aspects of the X-efficiency theory of the firm” bell journal of economics, Vol 6, n°2 p 580-606.

De Alessi L (1983), « property rights, transaction costs and X-efficiency : an essay in economic theory » American economic review, Vol 73

Leibenstein H (1983), “property rights and X-efficiency : comment” American economic review, Vol 73,

Leibenstein H (1987), Inside the firm, the inefficiencies of hierarchy, Harvard university press.

Leibenstein H »A Branch of Economics Is Missing: Micro-Micro Theory, » Journal of Economic Literature, 17: 477-502

Veran L(2006)« Contrôle de la performance, pression des pairs et régulation de la coopération.De l’interaction à l’institution »intervention à l’association francophone de comptabilité (Tunis).

Veran L (1998), « Visibilité des processus, situations décisionnelles et création de valeur » dans : « Valeur marché et organisation » Actes des 14èmes journées des IAE, coordinateur J-P Bréchet, tome 1, p 446-456.

Stigler G J (1976) « The Xistence of X-Efficiency », American economic review, Vol 66

Shen T Y (1985), “Worker motivation and X-efficiency”, Kyklos, Vol 38, n°3 p 392-411.

1979, “The General X-Efficiency Paradigm and the Role of the Entrepreneur”. in: Mario Rizzo (ed.), Time,

General X-efficiency Theory and Economic Development de Harvey Leibenstein (1979)

Inflation, Income Distribution and X-Efficiency Theory de Harvey Leibenstein (1980)

Inside the Firm: The Inefficiencies of Hierarchy de Harvey Leibenstein (1 juillet 1988)

Theory of Economic Demographic Development de Harvey Leibenstein

Inflation, Income Distribution and X-efficiency Theory de Harvey Leibenstein (avril 1980)

 

 

Réfléchir au mot Talent

A quoi sert le Talent? C’est certainement le résumé de nos échanges suite aux deux rencontres de notre cercle de réflexion de février et mars. La Quadrature du Cercle* a ouvert le débat et tirer différentes ficelles de pensées. Chercher seul à définir le Talent ne semble pas la piste à suivre si nous voulons réfléchir vraiment à cette notion,…à ce MOT utilisé, détourné, galvaudé.
Provoquer la question de son intérêt semblerait plus passionnant en élargissant le champs de réflexion.
Et, Inviter le décideur à partir avec une autre définition du talent pourrait être notre pari de La Journée BEEZ&CO 2014, le 30 juin.
Pour la rencontre#3 du 5 mai 18H, à La Fusée de Skema Business School, nous allons faire évoluer notre approche comme cela avait été évoqué à notre dernière rencontre. 4 bulles de réflexion ont été retenues pour nourrir le débat et avancer sur la question  » A quoi sert le talent? »:
  • La Dimension du Beau/ Passion
  • La question de la Mesure/Méthode
  • L’impact du Contexte/temps
  • La Différence culturelle
D’autres bulles peuvent émerger…avançons déjà sur ces 4 là.
Chaque participant présent ou à distance va contribuer à prouver en quoi le Talent est une question de beauté ou de mesure ou encore de contexte ou enfin d’inter-culturelle. Et cela invitera à la Controverse dans le débat.
RDV le 5 mai…
Ce serait la première fois que tu participes, pas d’hésitation tu es « Bienvenue »
ou
RDV sur La Globosphère BEEZ&CO  pour suivre les échanges voire pourquoi pas y contribuer…à vos commentaires chers lecteurs
Et
*Le nom donné à notre cercle de réflexion BEEZ&CO, Le Business sous un autre regard: Parce que nous souhaitons avoir une vision globale du monde qui nous environne et chercher la solution d’un problème que nous ne pourrons pas résoudre. La Quadrature du Cercle est une invitation à lâcher ses convictions et partager pour réfléchir ensemble et agir pour le changement.
La Quadrature du Cercle BEEZ&CO

Circulaire, il y a tout à voir

Les idées reçues sont les cloisons qui font les paradigmes.

Nous sommes à une époque où nos paradigmes changent et doivent changer. Aujourd’hui l’erreur s’affirme très vite donc on ne peut plus fermer les yeux sur l’instantanéité des actions. Nous n’avons pas le choix : chaque action mérite d’être replacée dans un TOUT, un ensemble d’éléments qui explique la situation que nous vivons.

On doit  s’intéresser au TOUT, pas à un point précis uniquement.

Plus important encore, on ne doit s’intéresser qu’à une solution qui soit un TOUT. Il s’agit de la trouver malgré la complexité pour avancer. L’enjeu est pour nous de revenir à une démarche holistique (point de vue qui consiste à considérer les phénomènes comme des totalités).

La Quadrature du Cercle « des lendemains qui chantent »

La quadrature du cercle est un problème classique de mathématiques en géométrie qui consiste à construire un carré de même aire qu’un cercle. En creusant et au travers des âges plusieurs théories ont été étudiées pour tenter de résoudre ce problème.

Ce problème mathématique impossible a donné naissance à une expression : « Chercher la quadrature du cercle » qui signifie « Tenter de résoudre un problème insoluble ». »

Au final La Quadrature du Cercle est une invitation à la réflexion, à chercher une explication, un Tout, sans s’enfermer dans un seul paramètre. Il exige ouverture d’esprit et croisement de points de vue. Il est une démarche continue, toujours  en mouvement,  enrichi par les différents angles de réflexion. Il fonctionne par cycle. Tel l’horloge de la vie on passe du jour à la nuit. Ça ne s’arrête pas,  ça change de sens.

La Quadrature du Cercle : une spirale dynamique de mouvement de pensées.

Un exemple : Le design résout cette énigme en proposant une table qui joue entre forme ronde et forme carrée. En jouant sur la modularité des 4 angles de la table pour se transformer en rond, selon son usage, selon son besoin, la table se transforme.

La table ronde se transforme en 4 tranches qui montent et descendent pour devenir carré. C’est une spirale montante et descendante qui crée la solution.

La métaphore est la suivante :

La réflexion est ce qui permet le passage de la connaissance vers la méconnaissance. Réfléchir, c’est accepter de perdre ses repères, de ne plus savoir, pour réapprendre. Réfléchir, c’est une forme de renaissance.

La Quadrature du Cercle BEEZ&CO, un groupe de penseurs indépendants, qui fait face à la lumière

Dans cette période de forts bouleversements idéologiques et économiques, nous devons accoucher d’une nouvelle société.Or ce qu’on craint le plus n’est pas le noir, c’est la lumière. « Je ne veux pas sortir parce qu’on ne sait pas ce qui m’attend ».Le dire nous tranquillise, nous rassure, nous réconforte. Plus on est dans la routine, le confort, plus on se sent sécurisé. Et pourtant…

Depuis deux ans BEEZ&CO rassemble une communauté de penseurs indépendants de toutes sensibilités sur une idée : « Le Business sous un autre regard ». Croiser nos regards sur la création de valeurs de nos organisations (publiques ou privées) nous permet de répondre à un défi que nous lance notre société, celle de réinventer la manière de progresser, car plus rien ne sera jamais plus pareil.

La Quadrature du Cercle ce sont des Femmes et des Hommes, décideurs de tous types, du futur manager aux grands dirigeants, de structures  privées ou publiques qui regardent la lumière, sans en avoir peur. Ensemble, il s’agit d’enclencher le mouvement jusqu’à l’accélérer en invitant d’autres à pousser le réflexion, à expérimenter le changement, voire à agir pour le changement en étant acteur, entrepreneur de soi avec tous.

La production de BEEZ&CO est la production des modèles  de demain : les nouveaux paradigmes

Les réflexions issues de la « Quadrature du cercle », nous mettent dans une  posture d’agitateur, qui nous donne une vision globale, circulaire (qui permet d’appréhender l’ensemble des paramètres, d’élargir le contexte).

2014 : rassemblons-nous à nouveau pour continuer à chahuter des thèmes insolubles.

Après la force de la relation génératrice de valeurs, l’écosystème repensé en E-CO-SYSTEMES, explorons ensemble la notion de « talent ».Soyons encore plus chahuteurs, provocateurs entre nous !

Communiquons et diffusons au plus grand nombre au travers de nos publications sur la Globosphère,  la Journée BEEZ&CO qui aura lieue le 1 er Juillet 2014.

« Pensée CIRCULAIRE, IL Y A TOUT A VOIR »

Caroline Valent sous l’inspiration d’une de nos merveilleuses discussions avec Alain Mahieu

L’expérience BEEZ&CO, un coup de pouce pour débuter ?

Dans le cadre de notre dernière année d’étude à l’Iteem, nous, Baptiste, Hugo, Louise, Cesar, participons au cercle de réflexion BEEZ&CO, La Quadrature du Cercle. Pour mieux comprendre la démarche d’apprentissage innovante qu’on nous propose, nous avons voulu recueillir le témoignage une jeune diplômée de notre école, Souad-Marie Assaad. Comme nous, lors de sa 5ème et dernière année d’école, elle a contribué à faire bouger les lignes autour des questions du développement des entreprises. Ce qui nous a intéressé était de comprendre sa lecture de son expérience et ce qu’elle lui a apporté, sachant que c’était la première année d’une telle expérimentation pédagogique entre BEEZ&CO et l’Iteem .

Pour commencer, Souad, peux-tu nous partager avec nous ta définition actuelle du business ? Le premier but d’un business, évidemment, c’est de ramener de l’argent et donc d’être rentable. C’est la première chose à avoir en ligne de mire. La seconde priorité est le management humain. En effet, même si la priorité première reste d’être rentable, je pense que la première difficulté est bien le management humain. Pour moi le business c’est donc aussi de l’organisation, interne et externe. On doit parler d’environnement et d’écosystème, parce qu’il est impossible selon moi de faire vivre un business en autarcie. Il faut donc prendre en compte les différentes variables telles que les salariés, les clients, les partenaires, les fournisseurs, les concurrents, etc…  Et pour finir, je pense qu’une grosse partie du business se fait évidemment en marketing.

Te considères-tu comme une business-woman ?

Selon moi, une « business woman » est une personne qui a une grosse part de responsabilité dans l’entreprise, et qui a un véritable impact décisionnel au sein de celle-ci. De plus, une business woman est quelqu’un qui est en contact avec le client, et qui ramène concrètement du chiffre directement ou indirectement. Pour répondre à la question, je pense que dire de moi que je suis une “business-woman” est pour l’instant un peu prématuré et de fait certainement prétentieux. Pour l’instant je n’ai pas fait mes preuves. Et, je considère que je suis un peu jeune pour prétendre à ce qualificatif. Pour le devenir, j’oriente mes choix vers des structures petites et moyennes pour apprendre et développer mes capacités de décideur. Le problème est que dans des grands groupes , tel que celui dans lequel je travaille actuellement , il existe  de “petits” postes qui ne font pas avancer les choses de façon significative, mais dont le travail est plus “complémentaire” et polyvalent.

photo1

Tu as participé à la toute première expérience BEEZ&CO-Iteem dans l’objectif de construire ce qui devenu Les Ateliers de Controverses…Peux-tu nous expliquer sur ce quoi tu as travaillé? Le programme était en deux temps. Pour commencer nous avons travaillé sur la conception d’une offre innovante. Caroline Valent qui nous accompagnait dans ce programme a démarré sur une approche méthodologique marketing. Dans cette première partie elle intervenait en tant qu’experte en développement des entreprises, le métier qu’elle exerce en tant que conseil. Nous étions moins dans le contexte BEEZ&CO et plus dans une approche pédagogique apprenante sur un cas pratique, ce qui nous a permis de nous connaitre. Concrètement, nous sommes partis d’une entreprise existante et nous avons travaillé sur la conception d’une offre qui lui permettrait de grandir plus rapidement, d’innover. Par exemple, avec mon groupe de travail, nous étions partis de l’entreprise pimkie, et nous avons remis au goût du jour un concept produit de base qui  a lancé Pimkie à ses débuts: les chaussettes, les collants, les bas, etc… pour les filles, un peu à la manière “Calzedonia”. On s’était effectivement rendu compte que ce genre de produits était assez difficile à trouver, et faire un magasin spécialisé dans ces produits là était une bonne opportunité.

Nous avons dû remplir plein d’outils, issus des méthodes employées par le cabinet de conseil de Caroline, très utiles (dont je me sers d’ailleurs encore actuellement). Cette offre a été présentée à la fin d’une manière un peu plus originale qu’un simple business plan que l’on avait souvent l’habitude de faire : nous devions axer cette présentation sur le marketing et “faire rêver”, bref défendre notre « Killing idea »

table rondeDans une deuxième partie, nous avons organisé des rencontres avec des décideurs de tous types, dirigeants de grandes entreprises, chefs d’entreprise, créateurs. Nous les avons invité pour créer une discussion entre eux et nous sur le sujet 2013 choisi par le cercle de réflexion, l’écosystème. Egalement cela devait nous permettre de valider avec eux l’intérêt de proposer des Ateliers de Controverses sur ce thème. L’important dans cet exercice hors norme de ce qu’on peut vivre pendant 5 ans d’étude était de préparer un travail documentaire sur des thèmes de business modèle autour de la notion d’écosystème. Cet exercice nous a permis d’aborder des problématiques managériales avec des décideurs en direct.

L’exercice n’était pas simple. Le temps donné pour réaliser ces rencontres était court. Nous n’étions pas des experts en stratégie et management tel que Pierre Daniel qui nous accompagnait sur la partie rechercher documentaire sur L’écosystème. La difficulté est le degré d’implication de la part des dirigeants participants sur le sujet. Ils sont plus ou moins réceptifs à ce genre de problématiques posées de façon intellectuel. Au premier abord cela peut sembler éloigné de leur préoccupations quotidiennes. Selon le type de décideurs, il est peut-être difficile de les faire réagir. L’exercice d’animation est de ce fait compliqué. Et, notre propre implication pouvait être assez limitée. Nous devions nous répartir entre l’animation, la prise de vue caméra, les photos, les interviews et le scribe. Parfois nous pouvions avoir le sentiment d’être plus spectateur qu’acteur.

Si tu pouvais modifier quelque chose à cette organisation de rencontres avec des décideurs, que changerais-tu ? Je pense qu’il faut que l’on soit beaucoup plus participant dans le débat. Cela permettrait d’avoir une vraie réflexion de la part des étudiants. Le temps nous a manqué certainement pour avoir plus de recul et être ne maîtrise.

Ta post-expérience: cette rencontre avec BEEZ&CO t’a-t-elle fait grandir humainement parlant ?  Humainement, je ne sais pas. Après, je peux dire qu’elle m’a encore plus donnée goût au marketing. À ce niveau-là, Caroline (@carolinevalent) a une vision vraiment intéressante, elle organise des conférences Marketing&Business (@MetBLille) à SKema Alumni qui sont vraiment pas mal. Je vous conseille d’y aller, les intervenants sont souvent captivants. J’avais beaucoup appris aussi car elle nous avait présenté une étude d’Apple avec la théorie marketing de Steve Jobs. J’ai trouvé ça vraiment très bien. Toujours sur le plan marketing, si Caroline sent que l’on est réceptif, elle nous pousse à la réflexion et c’est vraiment enrichissant.

Maintenant, est-ce que l’expérience BEEZ&CO m’a fait grandir humainement, je ne pense pas! J’ai quand même terminé en stage en management des SI! (rires.)

L’expérience BEEZ&CO a-t-elle modifié ta vision du business ? Je trouve qu’en sortant de l’Iteem, on est déjà au courant de tout ça. C’est principalement en raison de la formation Ingénieur-Manager qui nous pousse déjà à remettre en question notre vision, à la “casser” en quelque sorte. C’est d’ailleurs ça qu’il ne faut absolument pas perdre au niveau de la formation Iteem.

Pour préciser ma pensée, je pense que l’expérience BEEZ&CO va dans le même sens que l’Iteem et se présente dans la continuité de notre formation. Mais, je ne dirais pas qu’elle a bouleversé ma vision du business.

BEEZ&CO t’a-t-elle aidé dans ton début de vie professionnelle ? Je reviens sur le marketing, dont je parlais plus tôt. L’expérience m’a vraiment poussée à aller plus loin dans ma réflexion. De ce fait, je me suis intéressée, j’ai creusé et ça m’a été bénéfique.

marketingJ’aime beaucoup la façon de penser  de Caroline et de voir les choses. Je me suis inspirée de ce qu’elle m’a dit pour trouver un boulot. Dans le sens où j’en avais marre de chercher un job en répondant à des offres sur des sites comme Monster, etc. Ça ne sert à rien, et ce n’est pas du tout le meilleur moyen de se faire embaucher. Il y a des domaines dans lequel ça marche encore, mais c’est surtout le cas dans le web et le marketing. Si le candidat répond à des offres comme ça, c’est qu’il n’a pas compris ce qui se passe en ce moment dans ces domaines. BEEZ&CO, et plus particulièrement Caroline m’ont poussée à travailler mon image web, sur LinkedIn par exemple, en m’efforçant à me montrer convaincante et intéressante aux yeux d’un recruteur.

Selon toi, qu’est-ce que les étudiants de l’Iteem peuvent apporter à BEEZ&CO ?  Je pense que les étudiants de l’Iteem peuvent réellement dynamiser BEEZ&CO, en “rajeunissant” en quelque sorte la communauté.

Quelque chose à ajouter Souad ? Je vais lancer une entreprise dans quelques mois, et afin de m’aider, j’ai pris contact avec Caroline. C’est une personne qui a les pieds sur terre, qui connaît toutes les démarches à suivre. En marketing, en web, en création d’entreprise, je pense que Caroline est clairement une personne à garder dans son réseau. Elle peut être très bénéfique et elle sait surtout de quoi elle parle.

En conclusion, Souad-Marie ASSAD semble satisfaite de son expérience BEEZ&CO, etSouad Marie Assaad en sort enrichie en connaissances et en expériences humaines ou plutôt personnelles. BEEZ&CO s’inscrit, selon elle, très bien dans la continuité de notre formation, et peut nous permettre d’approfondir notre vision du business et tout ce que cela implique. Nous comptons donc sur projet en affaires (le nom donné au sien de l’Iteem) pour nous aider à éclaircir notre idée du business et notre façon de voir les choses, mais aussi à construire une nouvelle pensée autour des thèmes comme le marketing, l’entrepreunariat, et le management en entreprise.

Merci à Souad pour sa franchise et le temps qu’elle nous a accordée dans son emploi du temps surchargé d’entrepreneuse en plein lancement.

Cette interview a été réalisée par : Louise SteinbachClaire LeprevostCésar GalliotBaptiste Fantino et Hugo Closier.

source: www.lesimparfaites.com, www.123rf.com, www.crcgm.fr

Les Ateliers de Co-Réflexions comme si vous y étiez !

Si vous nous lisez régulièrement, vous savez probablement ce qu’est un Atelier de Co-Réflexions.

Le 2 juillet, 8 personnes de notre groupe de Co-Réflexions ont eu la chance d’animer un atelier un peu exceptionnel, avec les participants à La Journée.

Nous avions retenu deux thèmes, sous-divisés en plusieurs questions : la co-opétition (mélange des mots coopération et compétition) et l’entreprise en réseau. Pour commencer, les participants étaient divisés en 4 groupes et étaient équipés de post-it de couleurs pour noter leurs réflexions sur les questions posées : « Comment la compétition peut-elle créer de la valeur ? » ou encore « Quelles synergies pour l’entreprise en réseau ? ». Tous ensemble, ils composaient la réponse qui leur paraissait la plus juste. Au bout de 25 minutes, il fallait changer de table et de question, pour compléter la réflexion du groupe précédent (vous me suivez toujours ?) avec des post-it de couleurs différentes, pour apporter un « plus » et aller plus loin. Ainsi, chacun a pu s’asseoir à 3 tables et répondre à 3 questions différentes, en fonction de ses envies.

Voici en image – et en couleurs – une sélection de mes post-it préférés : BEEZCO-La-Journée-2013-Les-post-it-de-latelier-de-co-réflexions-1024x768

La synthèse des réflexions était présentée dans la foulée par les animateurs, qui ont fait un boulot incroyable : pas facile de résumer des réflexions aussi riches en quelques minutes. BRAVO à Delphine, Sophie, Catherine, Florence, Stéphane, Hervé, Xavier et Antoine !!!

Enfin, parce que les images valent toujours mieux que les grands discours, voici un petit film (attention, tournage amateur !) pour vous rendre mieux compte du fourmillement d’idées et de l’ambiance qui régnait lors de ces ateliers,

0

Je profite de cet article pour remercier Anne-Lucie et Karine, qui ont animé ce groupe tout au long de l’année. J’en profite également pour faire un petit clin à celles/ceux avec qui j’ai adoré partager cette année d’Ateliers… Sous forme de post-it bien sûr 😉

BEEZCO-La-Journée-2013-Rendez-vous-à-la-Rentrée-pour-les-ateliers-de-co-réflexions-246x300

J’espère que certains d’entre vous nous rejoindront l’année prochaine, et vous donne d’ores et déjà rendez-vous à la rentrée pour de nouveaux ateliers de Co-Réflexions !

Loren Armbrust